Les normes pour un escalier public

Équipement indispensable dans les ERP (Établissements Recevant du Public), les escaliers sont utiles pour faciliter la bonne circulation des usagers dans un espace public. Toutefois, leur construction est soumise à de nombreuses réglementations qu’il est impératif de respecter. En effet, ces normes assurent la sécurité et le confort des usagers. C’est pourquoi il est obligatoire de les appliquer. Vous aimeriez en savoir plus ? Découvrez dans cet article toutes les normes qui régissent l’installation d’escaliers publics.

Quels sont les différents Établissements recevant du Public ?

Comme indiqué précédemment, les escaliers publics veillent à assurer une bonne accessibilité aux usagers. Et ce, qu’elles aient un handicap ou non ! Pour ce faire, ils doivent être en conformité avec certaines normes. Ces règles ont pour but de garantir la sécurité des personnes tout en leur assurant un confort optimal. Mais avant toute chose, savez-vous quels sont les différents ERP ? En voici une liste non exhaustive :

  • Les salles de spectacle ;
  • Les salles de sport ;
  • Les salles de réunion ;
  • Les lieux de culte ;
  • Les bibliothèques et médiathèques ;
  • Les restaurants, cafés et bars ;
  • Les métros et gares ;
  • Les stades ;
  • Etc.

Vous l’aurez donc compris, la sécurité des escaliers dans des lieux publics est très importante. Cela l’est d’autant plus qu’un grand nombre de personnes les emprunte en peu de temps. Veiller à leur solidité, leur résistance et leur accessibilité est donc primordial. Sachez que si un escalier n’est pas conforme aux réglementations, les risques d’accidents et/ou de chutes seront plus élevés. Mieux vaut donc les appliquer sérieusement.

Outre les ERP, les escaliers publics se situent également à l’extérieur, au coeur d’une ville. Concernant la législation, rien ne change. Ils y sont soumis au même titre que ceux installés dans des ERP.

Quelles sont les normes relatives aux marches ?

Les marches d’un escalier doivent impérativement appliquer certaines mesures pour être entièrement sécurisées (et confortables !). La réglementation stipule les conditions suivantes :

  • La largeur d’une marche : 1,20 m si l’escalier n’est entouré d’aucun mur ;
  • 1,30 m si l’escalier est accolé à un seul mur ;
  • 1,40 m s’il est enclavé par deux murs ;
  • La hauteur d’une marche : 16 cm maximum (17 pour des ERP déjà existants) ;
  • La largeur du giron : 28 cm minimum ;
  • La hauteur de la contremarche : 10 cm minimum pour la première et la dernière.

Par ailleurs, sachez que les nez de marche sont aussi soumis à des règles supplémentaires. Premièrement, ils ne doivent pas être glissants : si vos escaliers le sont, le risque de chute sera beaucoup plus élevé. Deuxièmement, il faut éviter que les nez de marche débordent trop par rapport à la contremarche.

Enfin, comme pour les escaliers en milieu privé, une volée d’escalier droit ne doit pas comprendre plus de 25 marches. Vous serez donc dans l’obligation de créer un palier intermédiaire si vous devez recourir à plus de marches (ce qui est souvent le cas dans les bouches de métro par exemple). Toutefois, les stades sont une exception à cette règle.

Sachez également qu’une bande d’éveil doit être installée à 50 cm de la première marche. Elle facilite l’accès aux personnes en situation de handicap (notamment les personnes non-voyantes). Concernant le contraste visuel, les premières et dernières contremarches sont visuellement distinguées des autres (afin de prévenir du départ et de l’arrivée de l’escalier). Quant aux nez de marche, le contraste de couleur s’étend sur au moins 3 cm de long.

Pourquoi faut-il ajouter des mains courantes ?

Si votre escalier n’est pas pourvu de garde-corps (faisant fonction de rambarde), l’ajout d’une main courante est obligatoire ! En effet, une main courante est nécessaire pour aider à monter ou descendre les escaliers. Elle facilite le passage grâce à sa prise manuelle et réduit plus encore le risque de chute.

Mais les rambardes sont elles aussi soumises à des normes d’installation. Parce qu’elles assurent une sécurité primordiale, vous devez veiller au respect de ces réglementations.

La main courante peut être présente à deux endroits : soit à droite ET à gauche d’un escalier, soit au milieu (mais dans ces cas-là, vous devrez en installer deux). Concernant sa forme, la main courante doit être continue et rigide afin que les usagers aient la possibilité de la tenir tout le long de leur traversée. Enfin, elle ne doit pas dépasser la première et la dernière marche.

Concernant les mesures, voici quelques chiffres à connaître : la hauteur d’une main courante se situe entre 80 cm et 1 m. Quant à l’espacement entre deux mains courantes, il doit être de 1,20 m pour les ERP neufs et de 1 m pour ceux existants.

Si l’escalier public est doté de garde-corps (mais que ces derniers servent également de main courante), les normes à suivre sont celles relatives à cet équipement.